Comment les artistes peuvent profiter de l’économie numérique? concerts et partitions (part 1)

fabforce

Nouvelle suite de posts de Dave Kusek, homme d’expérience s’il en est, mais aussi mon partenaire aux Etats-Unis (et même dans le reste du monde, soyons fous!). C’est aussi lui qui a préfacé mon livre en français comme en anglais (page de pub: sortie de la version FR mise à jour et de la version anglaise le 19 septembre).

Dave Kusek est directeur et consultant senior dans les domaines de la technologie et du marketing, il est aujourd’hui directeur général de Digital Cowboys Consulting. En 1980, il a fondé la première entreprise de logiciel musical, Passport Designs, qui rendait possible pour les musiciens l’enregistrement et la production de leur propre musique chez eux.  Dave Kusek a également participé au développement de la norme industrielle MIDI (Musical Instrument Digital Interface) qui a permis l’accès à la musique électronique à des millions de gens.
Il  a créé berkleemusic.com, la célèbre école de musique en ligne pour la prestigieuse Berklee College of Music à Boston. Berkleemusic est alors devenue la plus grande école de musique au monde.  Il est également coauteur de The Future of Music, Manifesto for the Digital Music Revolution,  l’une des meilleures ventes de livres sur le business de la musique.

Kusek a écrit dans les magazines New York Times, Boston Globe, Billboard, Wired, Christian Science Monitor, Associated Press, Boston Business Journal, MTV, CNBC, SF Chronicle, Forbes, NBC-TV, Nightly Business Report, NPR, Financial Times, Guardian.

Et maintenant ici sur Don’t believe the Hype. La classe américaine.

Dave s’est lancé sur son site dans l’écriture de différents posts traitant de l’économie numérique dans la musique, et des différentes évolutions technologiques. 1er post aujourd’hui d’introduction.


Comme dirait le proverbe, « When life hands you lemons, you make lemonade.». Nous sommes confrontés au quotidien à l’état de l’industrie  de la musique numérique, mais beaucoup ont trouvé le moyen de faire leur propre choix, leur  propre mix, leur propre limonade numérique. Il s’agit du premier article d’une série sur la pensée créative dans le numérique.

Face à la baisse des ventes de musique enregistrée, nous devons examiner de très près les possibilités de générer différemment  de l’argent dans la musique et donc,  faire preuve de créativité.

La dynamique passe aujourd’hui par l’investissement dans la musique numérique, c’est à dire dans les nouvelles  technologies de streaming, la découverte musicale, la billetterie, le crowdfunding et les services aux artistes. Des entreprises comme Pandora, Spotify, Beats, Ticketfly, Soundcloud, Songkick et IndieGoGo ont bénéficié d’importants investissements ces dernières années, et les investisseurs chassent désormais le profit dans la sphère musicale.

Revenus des artistes – les tournées virtuelles

Mais, qu’en est-il des musiciens eux-mêmes ? Que peuvent-ils faire pour augmenter leurs chances de tirer profit de leur art quand il est de plus en plus difficile de gagner sa vie en tant que musicien ? Le spectacle vivant ainsi que le merchandising ont longtemps été les piliers de toute carrière musicale. Comment ces sources de revenus se transfèrent-elles dans l’économie numérique ? Il semblerait que les concerts doivent être vécus et sont donc plus difficile à numériser et à partager, même si certains tentent de diffuser des événements en direct et de les intégrer à la sphère numérique. Prenez Stageit et Liveset par exemple : les artistes peuvent diffuser leur concert live et atteindre ainsi un public plus large lorsqu’ils sont en studio, dans un appartement ou dans une salle de concert.

Comme autour d’un feu de camp virtuel, ces technologies permettent aux fans et aux artistes de se retrouver dans des cercles virtuels, ce qui permet ainsi aux fans de profiter de la musique et d’avoir une relation plus proche avec les artistes.

Reste à savoir quelle est l’influence de ces tentatives, mais je m’attends à ce qu’il y ait inévitablement une certaine forme de diffusion numérique d’événements live qui deviendrait une source de revenus profitable. Enfin, en théorie, cette forme de diffusion live retire une grande partie du coût de la tournée, rend l’artiste plus accessible et plus facile à promouvoir à travers les réseaux sociaux.

Revenus des artistes – Impliquez vos fans

Le musicien Beck prévoit de sortir son prochain album sous forme de partitions et d’artworks haut en couleurs. Son idée était de faire en sorte que les gens puissent participer à la création et l’enregistrement des chansons contenues de cet album interactif. J’ai trouvé cette idée très intelligente de sa part, cela rajoute une nouvelle corde à l’arc de ce chanteur et producteur.

Pourquoi ne pas semer les graines de votre musique auprès de votre base de fans et observer ce qu’il se passe ? Peut-être que le style musical de Beck se prête à ce genre d’expérimentation, mais les autres artistes peuvent prendre exemple sur lui, c’est un moyen futé de rapprocher vos fans de ce que vous faites.

Le dernier album de Beck est livré de façon « primitive » : il y a 20 chansons uniquement disponibles sous forme de partitions, encore jamais publiées ni enregistrées. Complétées avec des illustrations en couleur pour chaque titre et par un somptueux étui rigide, « Song Reader » est un vrai essai de ce qu’un album pourrait être fin 2012. Beck invite ses fans à enregistrer, mixer, produire chaque piste comme ils le souhaitent.

Si vous voulez l’entendre, « Do We? We Do » ou alors « Don’t Act Like Your Heart Isn’t Hard », vous aurez besoin de les faire vivre vous-même, en les jouant. Il sera très intéressant de voir comment cet album sera consommé lorsqu’il sortira en Décembre…

Il y a déjà quelques tentatives de ces morceaux qui ont été postés en ligne, comme cette version de « Do We ? We Do » de Max Miller sur SoundCloud.

La partition numérique.

Le business de la partition est confronté à de nombreux défis tel que les tablatures sans licence, les fichiers gratuits et les tutoriels vidéo en ligne. Ce business « old school » se voit donc obligé de chercher une nouvelle façon de monétiser ses chansons. Les ventes de notations ont chuté mais pas aussi rapidement que les revenus des enregistrement. Dans cet article de Create Digital Music, vous pouvez constater la transformation de l’industrie musicale imprimée, devenant industrie numérique (comme elle le fait depuis un certain temps maintenant). Des sites tels que sheetmusicdirect.com, musicnotes.com sont les pionniers de la distribution de la partition numérique. D’autres comme lyricstore.com amènent la licence musicale vers une direction totalement nouvelle en laissant les gens créer leur propre merchandising à partir de leurs chansons préférées.

Il y a donc beaucoup d’espace pour faire de la limonade numérique dans cette nouvelle économie musicale incluant Itunes, Pandora et Spotify. Dans les prochaines semaines, je posterai un article sur l’éducation musicale en ligne et sur la révolution paisible du merchandising. Nous allons découvrir qu’ils sont tous deux des axes de croissance et de création de revenus dans ce monde de la musique numérique en constant, et rapide, évolution.

A propos de l'auteur

Dave Kusek est directeur et consultant senior dans les domaines de la technologie et du marketing, il est aujourd’hui directeur général de Digital Cowboys Consulting. En 1980, il a fondé la première entreprise de logiciel musical, Passport Designs, qui rendait possible pour les musiciens l’enregistrement et la production de leur propre musique chez eux. Dave Kusek a également participé au développement de la norme industrielle MIDI (Musical Instrument Digital Interface) qui a permis l’accès à la musique électronique à des millions de gens. Dave Kusek a créé berkleemusic.com, la célèbre école de musique en ligne pour la prestigieuse Berklee College of Music à Boston. Berkleemusic est alors devenue la plus grande école de musique au monde. Il est également coauteur de The Future of Music, Manifesto for the Digital Music Revolution, l’une des meilleures ventes de livres sur le business de la musique. Kusek a écrit dans les magazines New York Times, Boston Globe, Billboard, Wired, Christian Science Monitor, Associated Press, Boston Business Journal, MTV, CNBC, SF Chronicle, Forbes, NBC-TV, Nightly Business Report, NPR, Financial Times, Guardian. Il est souvent demandé comme intervenant au Midem, Music Hack Day, Digital Music Forum, NAMM, AES, IEBA, MacWorld, Comdex, Digital Hollywood ainsi qu’en radio et à la télévision dans le monde entier. http://www.digitalcowboys.com

Trackbacks pour cet article

  1. Comment les artistes peuvent profiter de l’économie numérique? concerts et partitions (part 1) « la bibliothèque, et veiller

Donnez votre avis !

 

Créé par Wordpress