Pourquoi les start-ups tech misent sur la musique Live ?

Live Music

DBTH vous propose cet article adapté de l’anglais, original disponible ici. Le focus est sur l’Asie du Sud-Est, mais les enseignements à en tirer sont très intéressants.

On a beaucoup parlé de la façon dont le piratage et le streaming avaient affecté l’industrie musicale ces dernières années. Mais les start-ups évoluant sur le marché du live et de l’événementiel ne se plaignent pas.

Tandis que l’industrie phonographique – la musique enregistrée ayant été la poule aux oeufs d’or pendant longtemps – continue de souffrir d’un piratage rampant et, dans une certaine mesure, du streaming, les artistes, eux, se tournent vers le live comme source importante de revenus.

Regardons les chiffres de plus près. Entre 1999 et 2014, les ventes de musique enregistrée ont chuté de 44%, alors que la musique live, essentiellement les ventes de tickets de concert, a battu tous les records de revenus.

Et ce n’est pas prêt de s’arrêter. Les prévisions de PricewaterhouseCoopers pour les prochaines années affirment que le secteur va générer un revenu de 30,9 milliards de $ en 2019 (pdf), en forte progression par rapport aux 26 milliards de $ de 2014.

Quelles conséquences faut-il en tirer? Par le passé, les artistes et les musiciens partaient en tournée (concerts, festivals) essentiellement pour promouvoir leurs derniers titres et leur album, et ainsi booster leurs ventes de disques. Mais l’avènement d’internet, la dématérialisation de la musique, le partage de fichiers et le streaming ont entraîné une baisse significative des ventes de disques, ce qui a conduit le secteur à ajuster son modèle de revenus. Les artistes sortent désormais plus d’albums mais avec moins de titres – et ces sorties plus fréquentes entretiennent l’intérêt de leurs fans pour assister à leurs concerts (vous pouvez en lire un peu plus sur le sujet ici et )

Comment la tech fait évoluer le live

Dans ces conditions, il n’est pas difficile d’imaginer comment l’évolution de cet écosystème pourrait engendrer une véritable ruée vers l’or des start-ups du secteur. Mais malgré une croissance phénoménale et le fait que le live soit considéré comme “le nouveau truc à la mode”, cette industrie continue d’être freinée par des process dépassés – presque tout est encore organisé et géré manuellement, de la vente de tickets aux contrôles d’accès, en passant par les modes de paiements sur les sites de concerts et festivals. Et c’est justement là que les start-ups entrent dans la course.

Par exemple, les start-ups peuvent proposer des solutions et services logistiques pour les sites de concerts. Une fois munis de smartphones, tablettes avec lecteurs de codes-barres et d’applications dédiées, les équipes de l’organisation peuvent instantanément contrôler les accès, ce qui permet une meilleure gestion de la foule et un gain de temps important.  La collecte de données en temps réel aide aussi les organisateurs à prendre des décisions très rapidement, et de manière pertinente. Une fois l’événement terminé, toutes les données et informations collectées vont permettre aux organisateurs de mieux planifier les choses pour l’année suivante.

Mais au delà d’apporter une valeur ajoutée dans l’utilisation des smartphones et tablettes, les start-ups fournissent aussi aux organisateurs des technologies comme le RFID et les bracelets “intelligents. Ces bracelets offrent la possibilité de se passer complètement de billetterie physique (tickets) et contribuent à faire diminuer drastiquement la fraude. Plus important encore, les festivaliers ont accès au paiement “cashless” et sans contact, éliminant les risques de vol et de fraude. Avec le paiement cashless, le public n’a plus à s’inquiéter de la perte d’effets personnels ou de leur porte-feuille, et dans le même temps les vendeurs de nourriture, boissons, et merchandising sont assurés de l’absence de fraude lors des transactions, tout étant enregistré. La clé dans tout cela est l’efficacité.

Parmi les start-ups du secteur de l’évènementiel en Asie du Sud-Est, on peut citer Pouch et GoGorilla (de Singapour), ainsi que Loket (Indonésie).

pouch-wristbands-man

Un énorme marché

“Nous sommes un peu surpris. Il y a plus de demande que ce à quoi nous nous attendions. La plupart des promoteurs que nous avons démarché nous ont dit “mais où étiez-vous? nous vous attendions”", dit le CMO de Pouch, Graeme Perkins.

Citant une étude de Frost & Sullivan, Graeme dit à Tech in Asia que le marché des applications de gestion d’événements s’élevait à 30,5 milliards de $ en 2015, et que l’on attend 31,9 milliards l’année prochaine. “Et il n’y a pas une seule entreprise qui contrôle 12% de ce marché”, dit-il.

Si l’on ne parle que de Pouch, Graeme affirme que la société, qui a levé des fonds l’année dernière, a explosé tous les objectifs fixés avec les investisseurs après avoir géré plusieurs évènements live, comme les concerts de Chris Brown ou de Lifehouse à Manille. Cette année, la start-up a obtenu le marché du concert de Kanye West, tête d’affiche du “Paradise International Music Festival”, qui aura lieu le Avril aux Philippines, et où 30000 personnes sont attendues. Des négociations sont également en cours avec des organisateurs basés aux US et en Europe, qui sont intéressés par sa technologie.

Donc la conclusion est la suivante: il y a une opportunité de création de valeur gigantesque dans la musique live, mais cela prendra sûrement du temps avant que les technologies actuellement expérimentées soient utilisées de façon massive. Le défi est de convaincre les organisateurs de concerts des avantages qu’ils peuvent avoir à travailler avec des start-ups telles que Pouch. Faire les chose manuellement, “à l’ancienne”, coûte cher et vous n’obtiendrez pas beaucoup de données utilisables de cette façon. Et même si les technologies comme le RFID impliquent des coûts supplémentaires, le prix d’une telle technologie va probablement diminuer avec le temps. Et les organisateurs constateront toutes les économies qu’ils peuvent réaliser en automatisant les process.

Et pour une vue d’ensemble du secteur de l’événementiel et de la musique live, voici une infographie très intéressante:

global-live-event-infographic

 

Inscrivez-vous à notre newsletter

et recevez les derniers articles du blog tous les lundis!

Nous respectons votre vie privée. Vous pouvez vous désabonner à tout moment.

A propos de l'auteur

Jérémie Varengo est le fondateur de JTV Digital (www.jtvdigital.com), expert en distribution digitale, licensing, online marketing et stratégie pour les artistes en développement. Ex-Universal et ex-Musiwave, Jérémie a connu les débuts de la musique en ligne et a géré de nombreux projets au niveau international.

Les commentaires sont fermés.

Créé par Wordpress